L’ANANS était présente à Aubusson avec le Président Nicolas Sarkozy. PDF Imprimer Envoyer
Vie de l'ANANS - Mémoires & archives

Nicolas Sarkozy à Aubusson

Lors de son déplacement en Creuse, le Président de la République a insisté sur l’importance de la ruralité dans notre histoire nationale commune. Les impératifs de développement à court terme (20 ans) de la production pour nourrir une planète toujours plus peuplée, l’excellence de notre agriculture, première d’Europe alors que l’agriculture Européenne est la deuxième du Monde, nous donne un atout stratégique important. Certes, l’agriculture n’est pas une condition suffisante à la réalité, mais elle est une condition nécessaire. Partout où l’agriculture a disparu alors qu’elle était la première activité, partout les pays sont morts.

Il faut donc protéger notre agriculture mais pas en cédant à l’appel des subventions qui ne sont qu’une mise sous respirateur artificiel, mais en donnant aux agriculteurs les moyens de vivre de  leur travail (pôles d’excellence, nouveaux débouchés, juste prix des productions, exportation…).

Mais la ruralité, c’est aussi la vie en zone rurale, la qualité de vie, les prix de l’immobilier très faibles (à ce sujet, des équilibrages seront faits pour que les communes citadines qui dégagent de gros bénéfices en reversent aux communes rurales). C’est aussi le choix d’une vie différente. Pour les médecins qui viendraient s’installer en zone rurale non pourvue de médecin, des incitations financières (correspondant à la création d’un service au public de santé) seront versées.

La ruralité, ce sont aussi des savoirs faire, des hommes et des femmes qui aspirent à vivre où ils ont choisi de vivre. Il faut donc créer des activités (points multi services, centre pénitenciers, pôles d’activité mais aussi tourisme) qui permettront de redonner à ces territoires des atouts supplémentaires.

Enfin, la ruralité, c’est aussi l’histoire du désenclavement, tant ferroviaire que routier car les camions et la voiture restent parfois le seul moyen de desservir des territoires (comme le dit Nicolas Sarkozy « même si on aime le vélo, parfois en montagne comme ici, tout le monde n’a pas ma forme ! ») il faut donc, raisonnablement être pragmatique en terme de gestion du territoire et ne pas vouloir appliquer unilatéralement sur des territoires qui ont chacun leur histoire des solutions préfabriquées. Il faut aller dans le sens de l’histoire et rappeler à la ruralité ses points forts, les développer et lui donner de nouvelles armes pour renforcer son attractivité.

Nicolas Sarkozy Aubusson

 

Philippe Jallageas – Communication ANANS

 

Trouver un article

Copyright © 2008 Association Nationale des Amis de Nicolas Sarkozy. Tous droits réservés. Développé par Agence Kundalini